L’image qu’on a jamais
       
     
LE PALAIS
       
     
 MES MECS  Lieu : l’Ouest de la Roumanie, région frontalière avec la Serbie et la Hongrie.   Dans notre civilisation sédentaire, la notion de Vie est intimement liée à un lieu. Cette conception des choses apparaît sans doute peu compréhensible aux peuples nomades. Certains fixent leur espace de confort et de paix au sein d’un lieu souvent appelé « la maison », quand d’autres le créent à travers des objets ou des images déplaçables.  Existe une zone de transition entre le sédentarisme et nomadisme où l’existence d’un domicile, d’un lieu d’ancrage, n’exclut pas la nécessité de créer un espace d’intimité transportable. Pour le chauffeur de camion la création de cette bulle, de ce « chez soi, mais ailleurs » est une réponse à la solitude et l’absence de repères imposés par ce choix de vie. Elle souligne l’importance fondamentale de posséder un « contenant » (habitat/maison/bulle) en cohérence avec « le contenu » (le « soi », ses désirs profonds, sa croyance...) quelles que soient les conditions de vie.  La série Pare-brise révèle le conducteur comme un acteur présenté dans un décor qui peut apparaître comme théâtral car hautement révélateur de la personnalité de l’occupant. Cette mise en scène d’objets, de tissus et d’images illustre le besoin de l’être humain de personnaliser son univers, de créer « un chez soi», même dans ce contexte particulier.      ''Toujours ailleurs, sa vie se déroule comme un rêve individuel.''
       
     
 SOBA  Lieu : Dudestii Vechi – frontière Roumanie/Hongrie/Serbie  Le village de Dudestii Vechi constitue le socle d’une petite communauté connue sous le nom de Palćene ou Bulgares du Banat. Comptant seulement 4000 personnes, cette communauté est un mélange éclectique d’influences orientales et occidentales, comme en témoigne leur langue (dialecte bulgare oriental marqué par ses intéractions avec le hongrois, le croate, l’allemand et le roumain).     Tirant ses racines de l’Antiquité, l’identité de ce groupe, taillée dans la tradition et la religion, est empreinte d’un grand sens communautaire. Les maisons bulgares reflètent les valeurs de la communauté dans son ensemble mais, même si elles sont construites pour remplir principalement un rôle fonctionnel, elles comprennent également toujours des espaces, voire des pièces, dont le seul but est cérémoniel : de véritables sanctuaires. La mise en scène autour des lits et des tables exprime les valeurs chères à chaque famille, qui sont liées à leur tour aux valeurs de l’ensemble du groupe. Dans les petites communautés, la religion et l’identité du groupe jouent un rôle majeur dans la définition du mode de vie et des croyances d’un peuple. Les relations entre les portraits de famille et les reproductions religieuses iconographiques nous invitent à observer et à réfléchir sur la dualité de l’individu face à la communauté, sur l’identité personnelle face à l’identité du groupe et sur l’individualité face à l’uniformité.
       
     
Marsupium à main
       
     
BY-CYCLETTES- SERIE EN SELLE(S)
       
     
MACHINE A LAVER
       
     
pusha-petrov--contemporany-photo22.jpg
       
     
       
     
(DE)VOILE